Santé


Le but de cette rubrique est purement informatif et ne saurait en aucun cas se substituer à l’avis d’un médecin

Vous trouverez ici les principales blessures bénignes dont souffrent la majorité des sportifs assidus, dont les kenshis font partis.

Les Crampes

La crampe est une contraction puissante, involontaire et douloureuse d’un muscle ou d’un groupe de muscles, maintenue pendant quelques secondes ou quelques minutes. La crampe, qui survient généralement sans prévenir, impose d’interrompre tout mouvement en cours. Ce phénomène peut s’expliquer de 2 maniéres.

Si un muscle vient à manquer d’oxygène, il produit en excès de l’acide lactique. Ce dernier empêche la contraction de bien se faire, et le phénomène est alors amplifié comme dans un cercle vicieux. C’est l’exemple typique de la crampe à l’effort, quand on force trop ou trop longtemps ou que l’on n’est pas suffisament entraîné Autre cas de figure : le nerf commandant un muscle apporte trop d’influx nerveux, trop vite ou trop irréguliérement, et le muscle n’a plus la possibilité de se relâcher. Une crampe occasionnelle, tous les trois ou six mois ou après un effort physique vraiment intense et inhabituel, ne doit pas vous alarmer.

Comment le prévenir ?:
Boire beaucoup durant l’effort, et ne pas hésiter à demander l’autorisation du sensei de quitter momentanément le cours pour boir un coup. Manger des bananes! et oui, la banane est un aliment très riche en Potassium.

Comment la soigner ? :
Effectuer des exercices d’étirements passifs (stretching) sur le membre atteint. Masser légérement le muscle et eventuellement appliquer du froid. Ne pas mettre de la glace au contact direct de la peau !

Des crampes fréquentes qui touchent principalement les jambes et les pieds, feront rechercher des ennuis artériels, respiratoires ou encore un manque de potassium. Dans ce cas consulter un médecin.


La Tétanie

Lorsque l’on étire un muscle, il a comme réflexe de se contracter immédiatement (réflexe myotatique). Si l’on continue l’étirement, le muscle va alors réagir en se contractant de façon spasmodique (contraction pathologique des muscles) créant un mouvement de tremblement, difficile à le contrôler par la volonté. C’est ce que l’on appelle la "myoclonie", le muscle est tétanisé et fortement contracté.

Ces mouvements involontaires sont assez fréquents lorsque l’on commence à pratiquer des exercices et des étirements. Au fil du temps, on apprend à les contrôler, le contrôle de la respiration permet de supprimer la myoclonie.


Les Courbatures

Si vous n’avez pas l’habitude d’exercer un effort sur un muscle, vous aurez automatiquement une courbature sur ce muscle le lendemain. Il s’agit d’une douleur élective du muscle, qui se manifestera lors d’un geste qui le mobilise et à la palpation. Les courbatures disparaissent en général 3 jours après le commencement, et il pourrait s’agir de l’accumulation des acides dans le muscles à la suite d’un effort.

Comment les soigner ? :
Un bain chaud ou un sauna permettent d’atténuer les douleurs. La pratique des étirements (ou stretching) après les efforts permet d’évacuer les acides accumulés dans les muscles, diminue ainsi les risques de courbature. Boire abondamment après une scéance d’entrainement.


Les Tendinites

C’est l’inflammation d’un tendon reliant un muscle à un os. La tendinite affecte le plus souvent le tendon d’Achille ou le tendon du biceps.

Comment la soigner ? :
Un repos strict de 4 à 6 semaines est obligatoire, parfois associé à un traitement anti-inflammatoire ou antalgique au début de l’affection.


Les Entorses

Lésion par étirement anormal des ligaments d’une articulation, mais sans luxation. Les entorses se produisent le plus souvent au niveau des chevilles, des genoux ou des poignets; elles se caractérisent par une douleur, un gonflement, et des difficultés à la mobilisation de l’articulation touchée. Dans une entorse légére de la cheville, appelée une foulure, les ligaments ne sont qu’étirés.

Comment la soigner ? :
Le traitement d’une entorse légère comporte en général la pose d’un bandage, du repos, des applications de chaleur et l’immobilisation de l’articulation touchée. En cas d’entorses plus grave, la consultation médicale est indispensable!


L’alimentation

Ne pas manger juste avant l’effort !

L’exercice peut perturber la digestion, avec un risque de crampes d’estomac, de vomissements... De plus, le travail de digestion se fait au détriment du travail musculaire. Le dernier repas sera donc pris 2 heures avant l’effort.

Bien répartir les sucres !
Les sucres simples ( sucre, confiseries, confitures, miel ) sont dit sucres rapides, ils passent rapidement dans le sang et ne consitutent pas une source d’énergie durable. Pour un effort de longue durée et pour constituer les réserves, les sucres complexes ( riz, pâtes, pain, pommes de terre ) sont préférables.