Les préceptes

Le Shorinji Kempo est originaire du Japon et est imprégné de la culture japonnaise. Certaines manières d’être sont des coutumes et possèdent une signification particulière. Vous trouverez ici ce qui est attendu des pratiquants de Shorinji Kempo.


Kyakka Shoko

La premère étape dans l’entraînement du Shorinji Kempo est de porter le regard su soi-même. Si vous vous connaissez, vous pouvez séparer vos qualités de vos défauts. Ensuite, il est important de corriger ses mauvais côtés un par un. Corriger le plus petit ou le plus gros défaut d’abord n’a pas grande importance, mais il est fondamental de tacher de progresser.

Dans le vocubulaire Zenshu, ce principe se nomme Kyakka Shoko (littéralement, inspectez la zone à vos pieds ). Il constitue une part importante de l’entraînement quotidien. En Asie, où les gens se déchaussent avant d’entrer dans une maison ou une salle d’entraînement, il est appliqué à la lettre et plusieurs dojos débutent l’entraînement de nouveaux pratiquants par l’enseignement de la manière de ranger ses chaussures à l’exterieur de la salle. Les souliers sont également une occasion de signaler l’importance de commencer l’entraînement par les choses les plus simples. Kyakka Shoko symbolise l’interrogation suivante: Comment comptez-vous réaliser de grandes choses quand vous ne pouvez maîtriser l’ordinaire ?


Gassho Rei

Les relations entre les gens débutent et s’achèvent avec des saluts et des adieux, les chinois affirment que des salutations convenables peuvent éviter des querelles et forcer l’admiration des ennemis. Les saluts doivent être faits avec respect et considération pour l’autre, et nous ne pouvons les réaliser que lorsque le corps et l’esprit sont unis dans l’intention et l’action (Ken Zen Ichinyo).

Bouddha enseignait que personne n’était au dessus de personne.
Tout ceci est capital et doit être essentiel concernant l’atitude des kenshis vis-à-vis d’autrui. Le geste Gassho Rei est la meilleure expression d’un esprit de respect mutuel, qui se doit d’accompagner tout salut et au revoir.

Un kenshi prouve son respect à l’autre en exécutant le Gassho Rei.


Samu

Tous les kenshis, sans aucune distinction de grade, doivent garder propre l’endroit où ils s’entraînent. Car un environnement propre permet de meilleurs conditions d’entraînement.

Samu aide les kenshi à appliquer les enseignements et la philosophie au-delà de la théorie et dans tous les domaines de la vie.


Fukuso

Les kenshis doivent toujours garder leur kimono (ou Dogi) propre. Les ongles de pieds et des mains doivent être coupés court afin d’éviter de se blesser. Les cheveux, s’ils sont long, doivent être attachés en queue de cheval ou maintenus par un bandeau pour ne pas gêner.


Kesshu

C’est la position attentive, adoptée avant ou après le travail technique, pour marquer exterieurement son attention lors d’une explication de la part d’un instructeur.

Le pouce droit est placé sous le pouce gauche. La main droite vient prendre le pouce gauche puis la main gauche vient recouvrir la main droite. Les mains ainsi jointes sont positionnées juste en dessous la ceinture. Les talons sont joints ou ecartés d’une largeur d’épaule.

Keshu Gamae est une tradition qui est considérée avec beaucoup d’importance. Elle reflète l’attachement du club aux traditions. Une fois cette habitude prise, Kesshu Gamae devient un reflexe naturel.