Goho

image kanji goho

L’enseignement des techniques Goho exige un travail à deux partenaires (Kumite Shutai), illustrant ainsi l’esprit de complémentarité et de respect mutuel. Le Goho, plus que l’art de donner des coups, est celui de ne pas en recevoir en utilisant aussi bien les mains et les pieds que les coudes et les genoux. Pour un non-spécialiste, le goho pourrait ressembler à des arts martiaux connus en Occident.

Il en diffère toutefois dans la mesure où l’accent est mis sur le travail à deux, l’objectif étant le développement harmonieux du couple que constituent un moment les deux partenaires. Dans le même esprit, il n’y a pas de compétition au sens propre du terme, celle-ci risquant de privilégier l’égoïsme de l’un au dépens du reste de la collectivité. De plus, la grande efficacité du Shorinji Kempo ne se prête pas, pour des raisons de sécurité, à ce genre de pratiques.